Carmel de Verdun

Au cœur de la vieille ville de Verdun, à l'intérieur des remparts est implanté le carmel de Verdun. Enracinée en terre de Lorraine depuis 100 ans, la communauté des sœurs du carmel porte particulièrement dans sa prière et sa vie fraternelle, le souci de la paix.

Seule présence monastique du diocèse, elles sont d'autant plus attentives et heureuses de pouvoir y poursuivre une mission de prière et d'accueil de tout un chacun.

-
+

Les réservations avec cet établissement devront être approuvées

Thank you! Your submission has been received!
Oops! Something went wrong while submitting the form.

Les retraites organisées par la communauté

Pas d'events dans cette abbaye

L'Monastère et la communauté

Le Monastère et la communauté

Le Monastère et la communauté

La Monastère et la communauté

Le Monastère et la communauté

Le Monastère et la communauté

Le Monastère et la communauté

Le Monastère et la communauté

La riche histoire du Carmel de Verdun

La fondation du premier Carmel à Verdun est due à la piété et à la générosité de l’évêque Éric de Lorraine au XVIIème siècle, plein d'admiration pour l’œuvre de sainte Thérèse d'Avila et de saint Jean de la Croix. Ne pouvant mettre immédiatement à exécution les projets de fondation qu'il avait conçus pour sa ville épiscopale, Eric légua par testament une somme de 10 mille livres, pour l'établissement d'un monastère de carmélites déchaussées non loin de la cathédrale.

Le 17 juin 1634, le père provincial des Carmes, avec 7 religieuses venues du Carmel de Metz, inaugure ce monastère, qui survivra très courageusement jusqu’à sa disparition à la Révolution, en 1790. Le clergé et le peuple leur firent un accueil très favorable. Les carmélites de Verdun étaient donc au nombre de 7 à l'époque de la fondation !

Après une très longue absence, les carmélites réapparaissent à Verdun grâce à l’action d’une prieure hors du commun, Germaine de Sonis (1866-1945), fille de l’héroïque Général de Sonis.

Elle permis qu’un deuxième carmel soit érigé dans la ville de Verdun en 1923, jusqu’à la Révolution. Le 15 octobre 1923, la première pierre de la chapelle est posée et bénie par Mgr Ginisty. Le 11 novembre 1923 - coïncidence imprévue, les cloches du Carmel carillonnent pour la célébration de la première messe tandis que les canons tonnent en cet anniversaire de l’armistice de 1918. C'est ainsi que les sœurs devenaient présence priante en ce haut lieu de la « Grande Guerre », ce qui devait orienter plus particulièrement leur prière en faveur de la paix.

En 1940, Verdun est évacuée le 11 juin, ainsi que la prieure et ses carmélites, rapidement séparées en plusieurs groupes, qui vont sillonner les routes de France pour trouver refuge au carmel de Fourvière à Lyon. Le retour à Verdun s’avérait difficile car la ville se trouvait dans la zone « interdite ». La mère supérieure retrouve cependant son Carmel le 7 août 1940, accompagnée de 2 sœurs. Ce n’est que le 22 novembre de la même année que les 17 religieuses, qui restaient à Lyon, seront autorisées à tenter l’aventure de reprendre la route pour rejoindre Verdun.

Dans la suite de son histoire, la communauté du carmel de Verdun aura la joie de contribuer à la naissance des fédérations de carmélites et de voir certaines de ses soeurs partir en Afrique avec deux autres sœurs pour fonder le carmel de Brazzaville en 1974 avec lequel la communauté garde des liens très vivants et fraternels.

A travers son parcours personnel, Mère Germaine de Sonis (1866-1945), la fondatrice du carmel de Verdun, a inscrit deux convictions qui demeurent dans l'ADN de la communauté :

  • L’expérience de la fidélité de Dieu au cœur d’une fragilité confiante

  • L’importance de l'écoute et la disponibilité envers chacun

Vous n'imaginez pas toute l'histoire liée à l'ancrage de ce carmel dans la ville de Verdun !

Le carmel, un esprit avant d'être une règle

Le carmel, c'est l'aventure toujours nouvelle de l'âme qui rencontre le regard de Dieu et qui part à sa recherche, entraînant avec elle toute l'humanité.

Actuellement, la communauté compte 9 carmélites, de 31 à 88 ans. C'est-à-dire des religieuses appelées à vivre dans un certain retrait, afin d'aller toujours plus avant dans leur connaissance de Dieu et de prier pour le monde.

« Les carmélites vivent leur vie contemplative dans l'harmonie entre un climat de solitude et de silence, et la communion fraternelle d'une famille constituée à la manière du petit "collège du Christ", qui a pour centre l'amour pour le Seigneur, et comme norme la charité fraternelle... » disent les constitutions de la Congrégation.

Leur vie est ordonnée en vue de la prière (dite "oraison"), ce dialogue d'amitié avec le Christ où l'on s'entretient souvent, seule à seul, avec Dieu. Leur style de vie est marqué par un équilibre particulier entre une vie de solitude, en vue de tenir leur cœur dans la prière et une vie fraternelle en communauté, pour s’entraider sur le chemin exigeant de la vie religieuse.

En 1948, les circonstances d’après-guerre ont conduit la communauté à choisir un artisanat enraciné dans la tradition locale par la confection d’articles de literie : couvertures piquées, édredons, couettes, oreillers…

Cependant, depuis peu, la production a été recentrée uniquement sur les couettes, à cause d'une abondance de demandes que les religieuses ne peuvent plus satisfaire, suite à une émission de TV qui les a fait largement connaître dans toute la France et au-delà...

Silence, ça coud !

Ce qui vous attend pendant votre retraite spirituelle

Vivre un temps de retraite spirituelle au Carmel de Verdun

Vous avez besoin de faire une retraite spirituelle ou tout simplement une pause ? Vous souhaitez faire le point ? Vous désirez faire silence et descendre en vous-même ? ou retrouver le chemin de la prière ?

La vie religieuse des sœurs est nourrie par les contacts qu’elles ont avec les personnes qui les fréquentent ! Ce sont des visages, des vies, des événements et des intentions qui viennent habiter leur cœur.

Ainsi, c'est avec joie que les sœur accueillent les jeunes femmes (18-45 ans) jusqu’à 5 jours afin de vous permettre de faire une retraite spirituelle, en silence et en solitude, dans un monastère, soutenues par la prière commune d'une communauté monastique

Pour la prière, les sœurs vous invitent à venir partager quotidiennement leurs offices, la messe et leurs temps de prière silencieuse. Bien sûr, vous n’êtes pas obligé de participer à tout. C'est à adapter selon vos attentes, ce que vous êtes et où vous en êtes dans votre chemin spirituel.

Pour l'accompagnement, il y a la possibilité de demander un temps d'écoute, de rencontre avec une sœur.

Profitez également des plages de temps libre pour lire, méditer, vous détendre, vous reposer, marcher...


Le cloître et son jardin au centre du carmel baigne de soleil et de chlorophylle.

Un lieu propice à la méditation, au repos et au ressourcement

L’accueil des sœurs comporte :

  • 3 chambres, dont une à deux lits


  • Une salle de bain


  • Une petite cuisine avec salle à manger


  • Une bibliothèque


  • Un petit salon


  • Une grande salle


  • Un petit espace vert de respiration

La chapelle est en accès libre tout au long de la journée.

N'étant pas une hôtellerie, les sœurs vous seraient très reconnaissantes d'apporter une paire de draps pour le lit d'une personne, une taie d’oreiller et votre linge de toilette.

Pour les repas, ils vous sont servis à l'accueil entre hôtes et il vous est demandé de mettre votre couvert et de faire votre vaisselle.

Le Wifi est en accès libre et gratuit même si lors d’une retraite  il est bon, si possible, de se déconnecter !

Le jardin des sœurs, sous son manteau hivernal !

Géographie et activités

Verdun, ville empreinte d'histoire, mais non sans charme

Petite ville, d'environ 20 000 habitants, très charmante, avec un caractère touristique significatif, notamment au niveau historique, de nombreuses activités s’offrent à vous dans les environs du monastère !

  • Un parcours de santé à 5 min du Carmel
  • Le Musée de la Princerie
  • Le Centre Mondiale de la Paix
  • La Citadelle
  • L'ossuaire de Douaumont
  • Les Champs de batailles
  • Le vent de Forêt

Par ailleurs, le fleuve de la Meuse qui traverse la ville, donne un air estival au centre ville. Le quai de Londres est également très animé en été, avec des péniches...

La Meuse couleur pomma Granny pour un effet camaïeu garanti.

En cliquant sur "Accepter", vous acceptez que des cookies soient stockés sur votre appareil.