Écocentre spirituel jésuite du Châtelard

Situé à l'ouest de Lyon, « capitale des Gaules » et de la campagne, l'Écocentre spirituel du Châtelard s’est inscrit dans une nouvelle dynamique écologique depuis 2023, tout en cultivant la tradition spirituelle ignatienne.

Le Châtelard est un lieu calme et verdoyant où réside de prêtres jésuites. La communauté accueille les individuels, couples et familles pour des temps de retraites spirituelles prêchées tout au long de l'année, ainsi que des groupes.

-
+

Les réservations avec cet établissement devront être approuvées

Thank you! Your submission has been received!
Oops! Something went wrong while submitting the form.

Les retraites organisées par la communauté

Pas d'events dans cette abbaye

L'Centre spirituel et la communauté

Le Centre spirituel et la communauté

Le Centre spirituel et la communauté

La Centre spirituel et la communauté

Le Centre spirituel et la communauté

Le Centre spirituel et la communauté

Le Centre spirituel et la communauté

Le Centre spirituel et la communauté

Le Châtelard, du XVIIIème siècle à l'Écocentre

Aux origines du Châtelard

Construite à la fin du règne du Roi Soleil, le Châtelard est une ancienne maison bourgeoise édifiée sur une colline surplombant Lyon. Bâtie pour une vieille famille bourgeoise du Lyonnais, la famille de Ruolz, seigneurs de Francheville, elle demeura dans le giron de cette famille pendant plus de deux siècles jusqu’en 1907. Pendant deux décennies, elle passera dans les mains de plusieurs propriétaires successifs.

En 1929, la Compagnie de Jésus en fait l’acquisition pour y installer une « Maison des Exercices spirituels ». Vingt ans plus tard, le centre est reconnu en tant que communauté, qui se place alors sous le patronage du bienheureux Claude La Colombière (prêtre jésuite du XVIIème siècle et connu comme ayant été directeur spirituel de sainte Marguerite-Marie Alacoque). Depuis son origine, le Châtelard se veut un lieu d’accueil large, destiné à tous, laïcs et religieux. La ferme voisine qui dépend du domaine, fut exploitée jusqu’en 1975.

Une mission renouvelée

L’encyclique Laudato si’ a été reçue comme un réel appel à un renouvellement et c’est pourquoi le provincial jésuite (le délégué d’une région du monde, en l’occurence, de l'Europe occidentale francophone) a confié au Châtelard une mission toute particulière de traduction concrète en transformant le centre en écocentre. Depuis l’été 2023, le centre a mis le cap sur un nouvel horizon en s’appuyant sur trois de ses atouts :

  • La riche biodiversité environnante du lieu et l’opportunité unique de créer un laboratoire de conversion écologique.

  • La spiritualité ignatienne qui permet de dessiner un chemin lumineux par la pratique des exercices spirituels, tout en y alliant de nouvelles propositions écospirituelles chrétiennes.

  • La richesse des profils des employés, des jésuites et des bénévoles qui font vivre ce lieu au quotidien, ainsi que les quelques 2 500 retraitants annuels.

Cette transition progressive se manifeste par des projets tangibles dont :

  • La prise en compte de la biodiversité du domaine (plantation de haies, étude de la faune et de la flore).

  • Un changement du régime alimentaire.

  • Le lancement d’une école de vie Laudato si’ pour les étudiants et jeunes professionnels.

  • Des travaux de rénovation des bâtiments pour une meilleure performance énergétique.

« Sur des prés d'herbe fraîche, Il me fait reposer » (Ps 22) : pourquoi pas vous ? 

Petite histoire de la famille ignatienne

Le Châtelard est un centre spirituel jésuite, et donc une œuvre de la Compagnie de Jésus. La Compagnie de Jésus est un ordre religieux catholique fondé par saint Ignace de Loyola en 1540. Elle réunit aujourd'hui près de 14 000 jésuites dans le monde, dont 3 300 en Europe.

Vivant en communauté, ceux-ci remplissent des missions très variées ; éducatives, sociales, pastorales en s'efforçant d'intégrer réflexion, prière et action. Leur formation d'une quinzaine d'années vise à faire d’eux des hommes de rencontre et de réconciliation. Ils souhaitent contribuer, avec d'autres, à un monde plus humain et plus divin, et aider chacun à trouver Dieu en toute chose.

Compagnon de Jésus, le jésuite essaie avant tout de marcher, jour après jour, avec le Christ. L’amitié personnelle avec Jésus est le fondement de la vie jésuite. Le jésuite est convaincu, à la suite d’Ignace, que Dieu se donne à trouver dans le monde aujourd’hui. Il consacre sa vie à cette recherche, personnellement mais aussi en aidant les autres à chercher et trouver Dieu en toutes choses.

Le jésuite vit au sein d’une communauté. Très concrètement, cela signifie qu’il habite avec d’autres jésuites au sein de communautés de vie partagée. Cette cohabitation fraternelle est lieu de soutien mutuel et d’équilibre personnel. C’est aussi à travers la vie quotidienne en communauté que s’incarnent les vœux de pauvreté, d’obéissance et de chasteté. Plus largement, le jésuite est aussi inséré au sein d’une communauté à l’échelle du monde. Cette insertion l’ouvre à la dimension universelle de l’amour de Dieu pour les hommes et les femmes, et au désir de servir l'Église.

Voici les quatre préférences apostoliques universelles des jésuites pour 2019- 2029 :

  • Montrer la voie vers Dieu à l’aide des Exercices spirituels et du discernement.

  • Faire route avec les pauvres et les exclus de notre monde ainsi qu’avec les personnes blessées dans leur dignité, en promouvant une mission de réconciliation et de justice.

  • Accompagner les jeunes dans la création d’un avenir porteur d’espérance.

  • Travailler avec d’autres pour la sauvegarde de notre « Maison Commune ».

Profitez du calme au Châtelard pour méditer, prier, contempler ou faire silence.

Ce qui vous attend pendant votre retraite spirituelle

La modèle de la retraite ignatienne

La spiritualité jésuite est nourrie de l’expérience des Exercices spirituels d’Ignace de Loyola. Les caractéristiques majeures de « l'esprit jésuite » sont :

  • Le discernement spirituel : une attention aux mouvements intérieurs qui aide à déceler l’appel libérant de Dieu et à prendre une juste décision.

  • La relecture : une reprise, dans la durée et sous le regard de Dieu, non seulement sur ce que l’on a fait mais sur ce que cela nous a fait.

  • Le Magis (« davantage ») : le désir d’engager sa liberté concrètement, de faire un pas de plus en vue d’une vie plus libre et plus fructueuse.

  • Le regard positif : un a priori de bienveillance sur les Hommes et le monde qui sont sauvés par Dieu. Avant de juger ou de condamner, écouter jusqu’au bout.

  • La volonté d’aller par-delà les frontières : pouvoir être à la fois auprès des déclassés du système scolaire et auprès des meilleurs élèves, s’engager dans la liturgie comme dans des questions de bioéthique, considérer le monde non plus comme composé d'entités séparées mais interdépendantes entre elles.

  • La contemplation dans l’action : pour le jésuite, prière et action dans le monde ne s’opposent plus. S’engager dans le monde, c’est collaborer à l’action créatrice de Dieu à l’œuvre aujourd’hui.

Les primevères, annonciatrices du printemps !

Le Châtelard, format châtelain

Le Châtelard s’articule autour de deux grands bâtiments principaux avec une capacité totale de 80 chambres, toutes équipées de toilettes intégrées (lavabo et douche compris). Le centre dispose également d’une douzaine de salles de travail, de cinq salles à manger de tailles différentes. Côte prière, le Châtelard possède une chapelle, ainsi que quatre oratoires.

La Ferme, quant à elle, est laissée en « gestion libre » et remplit également la fonction de lieu d'accueil de groupes issus de mouvements et services d'Église. Elle permet aussi d’accueillir des retraitants aux moyens plus modérés et est aussi accessible aux personnes à mobilité réduite. Elle offre, par ailleurs, une vue imprenable sur les Monts d’Or.  

Niché dans un écrin de verdure de 36 hectares (environ 50 terrains de foot pour les sportifs), les nombreux chemins de randonnées sont accessibles et offrent la possibilité de belles promenades, à la découverte des paysages montueux du bassin lyonnais.

Depuis fin 2023, Le Courtil de Lucile (exploitation agricole) s’est installé au sein du parc. Des partenariats et activités communes sont régulièrement organisés de concert avec le centre spirituel.

Résisterez-vous à la tentation d'entrer dans cette chapelle à la porte entrebâillée ? 

Géographie et activités

À mi-chemin entre Lyon et la campagne

La ville de Lyon, « capitale des Gaules », a gardé de beaux vestiges de l’Antiquité romaine (théâtres et musée de Fourvière, etc). C’est dans cette ville que s’est implantée la première communauté chrétienne de France, dont saint Irénée est le principal témoin. C’est cette ville aussi qui a connu les premiers martyrs de France : sainte Blandine et ses compagnons, mis à mort dans l’amphithéâtre des Trois-Gaules.

Le quartier de la Croix-Rousse est à lui seul un lieu relativement connu, marqué par son passé ouvrier. En effet, il s'agissait du quartier des canuts, ouvriers de la soie. Vous y découvrirez donc la Maison des Canuts, ainsi que la fresque des Canuts qui vous permettra de connaître mieux l'histoire de ces ouvriers dont le nom reste associé à trois révoltes (1831, 1834 et 1848).

Dans le quartier du Vieux Lyon, vous découvrirez la magnifique cathédrale Saint-Jean. En déambulant dans les rues du Vieux Lyon, vous rencontrerez également un élément caractéristique de l'architecture lyonnaise : les traboules, passage étroit entre deux pâtés de maison.

Autre monument religieux incontournable : la basilique Notre-Dame de Fourvière. Accessible par escalier pour les plus courageux ou par funiculaire pour ceux qui le souhaitent, la basilique vous surprendra par la richesse de son décor intérieur. Vous pourrez également profiter d'un panorama unique de Lyon et des Alpes.

Mais la ville de Francheville au sein de laquelle se trouve le Châtelard regorge, elle aussi, de trésors historiques. Les ruines du château fort de Francheville rappelle le passé quasi millénaire de la ville, tandis que le fort du Bruissin renvoie au méconnu système Séré de Rivières de la seconde moitié du XIXème siècle. 

À proximité, entre Chaponost et Sainte-Foy-les-Lyon, l'Aqueduc du Gier est un témoignage encore spectaculaire de l'époque gallo-romaine. Sans oublier les nombreux sentiers de randonnées qui serpentent entre ces différentes communes. 

Un kilomètre à pied, ça use, ça useeeeuh, un kilomètre à pied, ça use les souliers !
En cliquant sur "Accepter", vous acceptez que des cookies soient stockés sur votre appareil.