Abbaye de Clervaux

L'abbaye de Clervaux, rattachée à la congrégation de Solesmes (et donc bénédictine), est une des rares communautés religieuses du grand-duché de Luxembourg. Son style néo-roman se caractérise par une architecture majestueuse.

À ne pas confondre avec la célèbre abbaye française de Clairvaux !

Les retraites organisées par la communauté

Pas d'events dans cette abbaye

L'Abbaye et la communauté

Le Abbaye et la communauté

Le Abbaye et la communauté

La Abbaye et la communauté

Le Abbaye et la communauté

Le Abbaye et la communauté

Le Abbaye et la communauté

Le Abbaye et la communauté

Clervaux, ou l'histoire d'une communauté française en exil

Comme de nombreuses autres communautés religieuses, les moines de l'abbaye angevine Saint-Maur de Glanfeuil, fondée en 1890, sont contraints à l'exil suite à la loi du 1er juillet 1901

Réfugiés temporairement à Baronville, en Belgique, dom Édouard du Coëtlosquet, le père abbé de la communauté, puis dom Paul Renaudin, son successeur, étudient toutes les opportunités possibles pour trouver un lieu plus durable pour abriter leur communauté. Leur recherche durera plusieurs années, ils voyageront entre les Pays-Bas, la Suisse et le Luxembourg

Face aux ressources modestes de la communauté, c'est la contribution de la famille du Coëtlosquet qui pourvoira largement à l'édification de l'actuelle abbaye de Clervaux. Celle-ci prendra le nom de Saint-Maurice en hommage au père de dom Édouard et de sa fratrie bienfaitrice. Le concours d'Émile Prüm, bourgmestre de Clervaux et chef du parti catholique à la Chambre des députés, fut précieux à l'installation de la communauté. 

Le 3 mars 1909, le pape Pie X reconnaît officiellement la nouvelle abbaye par un bref pontifical grâce à la persévérance d'Émile Prüm et de la grande duchesse Marie-Anne de Luxembourg. En mai de la même année fut posée la première pierre, et en août 1910, les premiers moines s'y installèrent. 

En janvier 1941, les moines subirent une nouvelle expulsion de leur abbaye. Les nazis occupent les lieux pendant l'intégralité de la guerre et transforment même l'abbaye en centre de formation de jeunesses hitlériennes. En 1947, à l'issue de la guerre, les bénédictins purent reprendre possession des lieux. Ils retrouvent leur abbaye dans un piètre état, on parle même d'abbaye martyre

Aujourd'hui, le bon fonctionnement de la maison commune que constitue l'abbaye est assuré par les activités quotidiennes des frères bénédictins. Les onze membres actuels de la communautés sont donc répartis entre la sacristie, la bibliothèque, la formation au noviciat, le magasin de vente de livres, d'objets religieux et de produits monastiques ainsi que des divers travaux manuels et des services pour l'entretien général. Sans oublier, naturellement, l'accueil des hôtes !

Le nouvel atelier de fabrication de jus de pomme s’insère parfaitement dans la pratique d’un travail profitable à la communauté et attentif au souci d’apporter une aide à une petite société sénégalaise par une part prélevée.

Pas de cidre comme en Bretagne ou en Normandie, ici, les moines sont sages et font du jus de pomme !

La congrégation de Solesmes, une branche cadette de la grande famille bénédictine

L'abbaye de Clervaux est rattachée à la congrégation de Solesmes, située en Sarthe, et donc, par extension, à la congrégation bénédictine

À ce titre, les moines de Clervaux suivent la forme de vie contemplative indiquée par la règle de saint Benoît (480-547). Ce rythme de vie, centre la communauté sur la pratique de la prière liturgique et de la vie fraternelle et cherche un équilibre entre la prière, l’étude et le travail manuel sous la devise : « Pax » (c'est-à-dire « Paix »).

Les journées de la communauté s'articulent autour des offices et de la messe quotidienne, constituant le cœur spirituel du monastère.

Le père abbé qui gouverne la communauté de Saint-Pierre-de-Solesmes préside la Congrégation de Solesmes qui regroupe en tout vingt-trois monastères de moines, auxquels se rattachent huit monastères de moniales, en France et dans le monde.

Le parc : l'occasion d'une accalmie dans votre vie tourmentée ? 

Ce qui vous attend pendant votre retraite spirituelle

À Clervaux, la retraite spirituelle, c'est sur mesure et pour tous !

L'abbaye est ouverte à toute personne désireuse de vivre un temps de prière, un temps de réflexion et d'introspection ou tout simplement souhaitant vivre un temps d'études.

Les types de retraites sont donc très diversifiées, les retraitants de tout âge sont les bienvenus, ainsi que les groupes comme les personnes seules

Sur place, vous pourrez profiter d'un accompagnement spirituel personnel (dans les parloirs pour les retraitantes et plus librement dans l'abbaye pour les retraitants). 

Tous peuvent participer à la vie de prière de la communauté, aussi aux différents offices qu'à la messe quotidienne, célébrée à 10 heures.

Les retraitants masculins ont la possibilité d'aider les moines dans les tâches manuelles de l'abbaye et peuvent aussi profiter du jardin où se trouvent des petits chevaux, tout à fait domestiqués. 

Vous pourrez faire le plein de lumière (pas de soleil, c'est le Luxembourg, pas la Côte d'Azur)

Perché au-dessus de la cité de Clervaux au Luxembourg, un lieu de quiétude

Au-dessus des murs de pierre ocre de l'abbaye, s'élève une large et élégante tour octogonale, de couleur rouge comme tous les toits des bâtiments. Les couleurs vives dénotent dans la forêt environnante aux teintes verdoyantes et plus sombres

L'abbaye est constituée de divers bâtiments répartis sous la forme d'un quadrilatère entourant un cloître baignant dans la lumière. Au Nord, trône la somptueuse église abbatiale, restaurée à l'occasion du premier centenaire, en 2010. Côté Sud, le réfectoire est surmonté de deux étages de cellules. À l'Est, se trouve la grande bibliothèque, composée de trois étages et comprenant plus de 120.000 volumes ! La salle du Chapitre, l'infirmerie et le noviciat se trouve aussi dans cette aile. À l'Ouest, les cuisines et deux autres étages de cellules complètent les bâtiments initiaux de l'abbaye, en surplomb d'un jardin, au tracé soigné. 

C'est de ce côté (Ouest) que se trouve l'hôtellerie, qui date de 1932 et qui a bénéficié d'une la rénovation toute récente, en 2018. Elle comprend 22 chambres (dont 8 comprenant des toilettes privatives et 14 simples), ainsi que des parloirs et le magasin de l'abbaye au rez-de-chaussée. L'hôtellerie dispose également d'une bibliothèque et de deux salles de réunion, destinées aux retraitants. 

Le jardin, le verger et le haut du parc sont accessibles aux retraitants masculins, qui prennent leurs repas avec la communauté. Les dames, quant à elles, sont servies dans la salle des hôtes (déjeuner à 13h et dîner à 19h30). Petit-déjeuner et goûter sont communs pour tous. 

Sous l'église, dans la crypte, une exposition retrace l'histoire de l'abbaye et l'essentiel de la vie monastique. Une remarquable fresque dépeint la vie de saint Benoît selon le pape saint Grégoire-le-Grand. 

Les bois qui entourent l'abbaye sont propices à une petite escapade calme et ressourçante

Géographie et activités

L'abbaye de Clervaux, dans la prolongation des Ardennes belges

La région de Clervaux s’inscrit dans la continuité géographique des Ardennes belges. La proximité avec la Belgique fait qu'une ligne ferroviaire importante reliant Liège à Luxembourg-Ville passe dans la vallée que surplombe l'abbaye de Clervaux. 

La campagne environnante est sillonnée de champs cultivés mais aussi de vastes forêts dont les sentiers de randonnées enchanteurs traversent aussi bien des vallons que des plateaux. Les nombreux petits villages bien entretenus et tout à fait charmants font du canton de Clervaux, un endroit prisé par le tourisme. La Clerf, modeste rivière, parcourt le pays, et a donné son nom à la ville de Clervaux, avant de se jeter, quelques kilomètres plus loin dans la Sure. 

La ville de Clervaux abrite un château médiéval (reconstruit après 1945) qui accueille aujourd'hui The Family of Man, une exposition permanente qui rassemble plus de 500 photographies de 273 artistes différents, initialement rassemblées en 1955 par Edward Steichen pour le Museum of Modern Art de New York. Cette collection représente la vie humaine sous une multitude de prismes. 

La petite chapelle d'Urspelt, à quelques encablures de l'abbaye de Clervaux, incarne parfaitement le style architectural local

-
+
Thank you! Your submission has been received!
Oops! Something went wrong while submitting the form.
Réserver ma retraite
En cliquant sur "Accepter", vous acceptez que des cookies soient stockés sur votre appareil.